Cheesecake de Nilbog


Vous aviez un truc de prévu ce soir ?

Je suis sûr que oui, ça fait plusieurs articles que je vous observe et j’ai l’impression que vous vous la jouez un peu cool. (Remarque c’est logique, vous êtes en train de lire notre blog, vous devez même être carrément mythique)

Annulez tout ! Ce soir, vous allez rester chez vous avec des copains et vous allez regarder Troll 2 en mangeant du Cheesecake vert fluo. Et ça sera surement la meilleure décision que vous aurez prise cette année d’ailleurs. Peut être même de votre vie.

Vous me remercierez plus tard.

troll 2

Vous et vos potes dans 2 heures, LOL

Ingrédients:

Pour un bon gros cheesecake de Nilbog, il vous faut:

  • 4 barquettes de Philadelphia / ou de Saint Moret si vous êtes plutôt bleu blanc rouge
  • Sucre glace ou normal (125g à 150g personnellement, je l’aime peu sucré)
  • Une boîte de spéculos ou autres biscuits (environ 200g à ajuster si vous voulez plus ou moins d’épaisseur)
  • Un yahourt ou de la crème
  • Une gousse de vanille / variante possible avec des zestes de citron
  • Farine (50g)
  • Du beurre (80g)
  • 4 oeufs frais
  • Du colorant alimentaire « Vert » (ici du vert prairie – mais je suis pas sûr qu’ils aient déjà vu une prairie du coup)
Ingredients

Rien qu’à voir la gueule du sucre glace, on sent qu’on va passer un bon moment

Avant toute chose, fendez votre gousse de vanille en deux et faites la infuser dans le yahourt ou la crème à feu très doux. Histoire de continuer à gagner du temps et à anticiper, vous pouvez aussi lancer le téléchargement de Troll 2 dès tout de suite bande de petits filous.

Infusion vanille

Nous allons commencer par réaliser la pâte. On voit que c’est un truc d’Américain parce qu’en terme de cuisine, ça se résume à : réduire un truc industriel en poudre // ajouter du gras.

Vous mettez vos biscuits au mixer, vous les réduisez en fine poudre, vous ajoutez votre beurre préalablement fondu et vous remixez jusqu’à l’obtention d’une pâte qui se tient « très sommairement ». Je précise par ailleurs que vous pouvez utiliser d’autres biscuits selon vos goûts. Par exemple des Petits Beurres avec du beurre. Ou pire, des Palais Bretons avec du beurre breton.

GIF Pate speculos

Une fois votre pâte obtenue, nous allons préparer le fond du cheesecake. La pâte est vraiment terriblement sablée une fois cuite et vous risquez d’avoir un mal de chien à démouler. D’autant que là, on fait sans trottoir.  Je vous recommande donc d’utiliser un rond à gateau que vous posez sur un fond à cuisson comme ici avec un tapis en silicone. Cela rend le démoulage extrêmement simple.

preparation fond

On répartit bien uniformément toute la pâte sur le fond en utilisant une grand cuillère par exemple.

fonds pret

Je ne vous dirai pas comment je l’ai étalée

Vous pouvez enfourner tout ça 15 minutes à 180°C

Attaquons nous désormais à la ganache. Il faut tout d’abord passer les barquettes de fromage au batteur. Ou plus exactement, le contenu des barquettes au batteur #ASTUCE. Attention, cela reste relativement solide, même sans l’emballage, donc vous avez un petit risque de projections dans tous les sens, utilisez donc un bol pas trop petit, voire même un petit peu grand selon votre matos dispo.

GIF Phila

A cette pâte, ajoutez les oeufs entiers un par un et battez-les ces enfoirés. Puis la crème/ yahourt infusé(e) avec la vanille. (Enlevez la gousse après l’avoir grattée dans la crème, et ne versez pas la crème brulante dans le reste où vous allez cuire les oeufs). Et puis foutez-y la farine aussi. Et le sucre aussi. Dans n’importe quel ordre, on est des DINGUES.

oeuf

Alors maintenant, on est vraiment à l’étape clé qui vous permettra d’avoir un vrai Cheesecake à déguster devant Troll 2: la coloration. C’est une étape extrêmement délicate. Prenez donc délicatement votre colorant dans une petite cuillère. Vous constatez qu’il est plutôt « rouille » ce qui est embêtant, car vous aviez besoin d’un gateau vert fluo. Mais ne vous inquiétez pas, il y a un secret.

colorant 1

Là, vous vous dites que votre recette est foutue à cause d’un sale enfoiré de manutentionnaire qui s’est planté dans les étiquettes

D’un léger mouvement de poignet, renversez le colorant dans la pâte en invoquant la reine des gobelins. Magie ! Cela se transforme en vert.

colorant 2

Je retire tout ce que j’ai pu penser ou dire à haute voix concernant ta maman, petit manutentionnaire. Je suis en paix désormais, et tu as fait du bon boulot.

Après un menu battage au fouet, on se retrouve avec un truc qui a vraiment l’air complétement perché. BIG SMILE. On est sur la bonne voie.

creme verte

À ce stade, je pense que la suite de la recette est assez prévisible (contrairement au film).

Vous récupérez le fond, constatez qu’un excédent important de beurre s’est écoulé (ce qui montre que vous en avez mis suffisamment, cela reste une recette américaine) et vous n’avez plus qu’à verser votre ganache par dessus.

montage final

La cuisson est – pour le coup – l’étape la plus délicate (encore pire que la coloration, c’est dire). On oscille facilement entre un truc pas cuit très (trop) crémeux et un truc trop ferme. Donc respectez vraiment bien les temps de cuisson.

  • Il faut laisser le cheesecake 15 minutes à 180°C.
  • Au bout des 15 minutes, vous réduisez à 100°C sans ouvrir la porte et vous laissez une heure.
  • A la fin de cette heure, vous ouvrez grand la porte et vous laissez le gateau refroidir doucement dans le four.
  • Lorsqu’il est à température ambiante, mettez le minimum 3 heures au frigo.

Pourquoi tout ce bordel ? Si le cheesecake refroidit trop vite, il se fissure.

cuisson

 

final demoule

Le gâteau à l’uraaaanium est serviiii

 

 

14032016-part finale

Une fois que vos convives auront mangé votre gateau, ils sont censés se transformer en plantes et vous pourrez, à votre tour, les manger.

Bien ouèj !

Troll 2

Résumons les grandes lignes avec l’outil le plus puissant du consultant, les BULLET POINTS, et en plus, je vous ai mis en gras les infos clés. Ce blog se professionnalise à BALLE.

  • Troll 2 est considéré par plusieurs sites de référence comme le plus mauvais film de tous les temps (6% sur Rottentomatoes et 2,7 sur IMDb )
  • Troll 2 n’est pas la suite de Troll 1
  • Il n’y a aucun Troll dans Troll 2 (que ce soit dans la VF, la VO ou ce que vous voulez)
  • Synopsis (Wikipédia) : La famille Waits passe ses vacances dans la ville de Nilbog. Rapidement, leurs vacances tournent au cauchemar, car la ville est infestée de gobelins végétariens qui veulent transformer la famille en plantes pour les manger.
  • L’acteur du petit Joshua devenu grand a réalisé un documentaire juste pour comprendre comment on en est arrivé là. Et il s’appelle : the Best Worst Movie
  • Un véritable culte est né du film avec des festivals à sa gloire aux US (oui oui)

Normalement, vous êtes déjà complétement sous le charme. Et je vous comprends.

(promis j’arrête de tout mettre en gras)

couverture troll 2

C’est quoi ce truc rouge ? On le voit pas dans le film. On dirait un nounours cochon de l’enfer

C’est vraiment difficile d’en parler sans vous spoiler, mais honnêtement, même si on vous raconte toute l’histoire du début à la fin, voir ce film reste une expérience d’une heure trente de pur bonheur.

Donc la famille Waits part dans le village de Nilbog (j’ai un peu menti pour le gras) pour les vacances, Joshua -le petit garçon qui voit constamment son grand père mort- se rend compte que c’est Goblin en verlan. Bien vu petit génie.

troll2grandpa

Le grand-père mort complétement rassurant

Les-dits gobelins ont en fait une apparence humaine et passent tout leur temps à cuisiner des trucs vert fluo pour les offrir aux humains de passage.

food

Ça a vraiment l’air délicieux

Une fois qu’ils se sont empiffrés de ces spécialités locales sans jamais s’interroger sur la couleur, ils se transforment – à des vitesses complètement variables – en plantes. Et les gobelins peuvent à leur tour les dévorer, car ce sont en fait des GOBELINS VÉGÉTARIENS.

Ils pouvaient le transformer en n'importe quoi, donc ils ont choisi de le faire en arbre. Parce que ce sont aussi des castors nan ?

Ils pouvaient le transformer en n’importe quoi, donc ils ont choisi de le changer en arbre. Parce que ce sont en fait des gobelins-végératiens-castors

Le film a un budget ridicule, la plupart des acteurs sont amateurs, l’histoire n’a ni queue ni tête, les règles changent tout le temps. Du coup, c’est souvent incompréhensible. Il y a des faux raccords et des techniciens visibles dans tout le film qui n’arrangent rien (ou qui subliment l’ensemble selon la lecture que vous en faites). Les musiques sont complétement dingues et… et … les effets spéciaux ! et… les COSTUMES !!!

Ça donne ça :

costumes

Et le réalisateur devait visiblement en être très fier, car on les voit dès le début du film (d’ailleurs rien que d’y penser j’ai la musique du générique dans la tête, tada da daaaa ta daaa) au milieu, à la fin, bref tout le temps. Et sans aucune logique. On ne comprend absolument pas comment ils passent de leur forme humaine à gobeline mais ils ont l’air d’adorer ça, surtout en hors-champ, ils adorent le faire en hors champ. Ça doit faire des chatouilles assez agréables ou un truc du genre. Si vous avez des doutes sur la nature gobeline de quelqu’un, filmez le avec n’importe quoi, vous êtes tranquilles #OKLM.

De temps en temps, ils ont la taille d’un Ewok, et parfois ils ressemblent plus à des obèses habillés avec un sac de pommes de terre. Mais pas les têtes, les têtes font toujours la même taille.

Ces superbes costumes ont été réalisés par Laura Gemser, une icone du cinéma érotique des années 70’s qui a notamment joué dans « Emmanuelle l’antivierge » (aussi connu sous le nom de « Emmanuelle 2 », oui on est bien passé de TROLL 2 à EMMANUELLE 2) et la série des « Black Emanuelle » (et oui il n’y a pas le même nombre de « m ») ainsi que « Viol sous les tropiques » (qui s’appelle aussi: « Emanuelle et les derniers cannibales »). Peut-être que certains voudront creuser le sujet et organiser une autre soirée vidéoclub entre copains.

Parfois, il faut juste avoir le courage de suivre ses rêves

Parfois, il faut juste avoir le courage de suivre ses rêves

De toute façon il y a tellement de passages et de fun facts totalement « Whaaaat the fuuuuuck » que les décrire me prendrait une journée entière. Forgez vous votre opinion avec ça par exemple :

piss on hospitality

C’est une vraie scène et OUI, il va sortir son chibre

Une fois que vous aurez vu le film, il faut absolument enchainer avec le documentaire qui lui est consacré et qui apporte une lecture passionnante de ce qui s’est passé. On découvre l’envers du décor et ce que les acteurs sont devenus. Petit bonus, la tête du mec qui a créé la musique est juste fantastique.

Carlo Maria Cordio

DJ Carlo aux platines

C’est vraiment génial et je vous le recommande chaudement. Parce que c’est important de creuser ses sujets.

best_worst_movie

Si le film a plutôt fait un flop en salles, il est devenu extrêmement populaire par la suite. Un nanar de référence en somme. Aux Etats Unis, il est encore régulièrement joué dans des salles particulières et chaque année, de grandes conventions réunissent les fans de tout le pays. Vous pourrez aussi trouver des goodies du plus bel aloi sur internet comme ceux-ci :

piss on hospitality goodie

Kind remember

grandpa

Parce que les fantômes aussi peuvent se perdre

mug,standard,x400,center-bg,ffffff

Pour finir et en attendant la livraison de vos DVD ou la cuisson de votre cheesecake, vous pouvez vous plonger dans l’épisode 1 de la nouvelle websérie de Karim Debbache, « Chroma » qui vous donnera un excellent aperçu de ce qui vous attend.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *